Notre pique nique est pour dimanche 2ème partie

Marchons en core une peu… tous les jours une étape

Résumé des épisodes précédents :

Le matériel pour pique-niquer

le pain

Au marché

Le vin et le poulet rôti

le lieu de rendez vous

En direction de la Gare d’Austerlitz, franchissez le pont de la Tournelle , la statut de Sainte Geneviève patronne de Paris veille comme tous les jours et elle est une amie, un repère rassurant quand on vient ici souvent. Après le pont vous remarquerez tout de suite l’élégante péniche noire Jolia dont on imagine qu’il fait bon vivre à l’intérieur, le pont est couvert de végétation épaisse et verdoyante permettant aux heureux propriétaires de rester à l’abri de notre curiosité, nous respectons ce vœu et c’est pourquoi nous vous proposons de vous installer sur l’un des bancs de pierre qui longe le bord de Seine à quelque distance des péniches. C’est plus confortable que le sol, devant vous la Seine fait son spectacle , bateaux mouche, lourdes péniches au ventre enfoncé sous les eaux, petits et grands oiseaux y compris les mouettes vous regardent , bon appétit sur les bancs de Paris !
Nous n’avons pas fini de vous raconter la seine, poursuivons sur le pont de Sully
Passé le pont de Sully, nous découvrons une péniche coquette et fleurie, la Bethanie. Que peut bien penser le promeneur qui entre deux mondes se trouve partagé : culture et misère, c’est pourtant ça aussi Paris, en haut triomphe de l’institut du monde arabe où pharaon règne en maître depuis des mois, en bas à peine adoucie par le voisinage joyeux de la Bethanie, la misère des ponts de Paris, où clochards vivent sans doute presque heureux trois saisons sur quatre. Pourquoi ne pas imaginer de frapper à leur porte invisible, d’attendre qu’ils nous invitent à rentrer et de proposer de donner ou partager un peu de notre trésor .