7e édition du Festival Culturel du Tibet & des Peuples de l’Himalaya au Bois de Vincennes à Paris 12e le 23 et 24 Septembre 2006

Le Festival Culturel du Tibet et des peuples de l’Himalaya est un événement destiné à faire connaître les cultures tibétaine, bhoutanaise, népalaise et indienne durant un week-end et à faire perdurer leurs traditions respectives.


Programme du festival:

Samedi 23 septembre 2006 (de 11 h à 18 h)
11 h 00 Inauguration du Festival
11 h 30 Podium : danses monastiques (1ere partie)
Danses sacrées du protecteur Mahakala exécutées par les moines du Centre bouddhique de Vajradhara Ling, dont quatre danseurs et deux musiciens. Inspirés par les enseignements ésotériques du bouddhisme, les peuples de l’Himalaya ont développé des danses sacrées appelées « Tcham » qui sont considérées à la fois comme une bénédiction et un enseignement. Ces danses sont interprétées par des moines initiés. Au Tibet et dans les pays de l’aire culturelle tibétaine, comme le Bhoutan et la Mongolie, les danses « Tcham » rythment le calendrier de tous les grands monastères. Mahakala représente la compassion agissante, il est l’alter ego de Tchenressig, bodhissattva de la compassion.
12 h 00 Podium : dogues du Tibet
Présentation de la race de chiens des nomades tibétains appelée « drog khyi », par Josette Pilat qui a introduit la race en France depuis quelques années. Peu connus du grand public, les Drogkhyi sont des grands chiens de berger qui aident les nomades tibétains à garder leurs troupeaux de yaks ou de moutons lors de la transhumance.
12 h 20 Podium : danses monastiques (2è partie)
Danses du Chapeau Noir exécutées par les moines du Centre bouddhique de Vajradhara Ling. Les danseurs ont le rôle d’écarter les obstacles sur le chemin de la délivrance, symbolisée par une effigie en pâte.
13 h 00 Podium : Chants de Milarepa (1040-1128), le grand yogui du Tibet par Nicolle Vassel
Extraits des chants de Milarepa inspirés de l’ouvrage Cent mille chants. Compilé par le yogui Tsang Nyon Hérouka au 15e siècle, Cent mille chants a été traduit tôt en mongole et en chinois, et dès 1960 en anglais et c’est finalement en 1990 que Marie-José Lamothe a traduit en français l’intégralité de cet ouvrage littéraire et spirituel majeur de l’Asie.
13 h 30 Podium : le groupe artistique de la Communauté tibétaine de Belgique. Depuis deux ans, vu le nombre croissant des Tibétains qui ont pu s’établir en Belgique, un groupe artistique s’est formé et essaie de maintenir et promouvoir les arts de la danse, des chants et de la musique du Tibet. Ce groupe bénéficie des conseils et de la formation d’anciens artistes professionnels issus de l’école du TIPA, de Dharamsala. Un groupe de 22 danseurs et 4 musiciens de la communauté participeront pour la première fois au Festival de l’Himalayaet présenteront un choix de danses et chants représentant les différentes régions du Tibet.
14 h 30 Podium : récitation de la vie de Milarepa (1040-1128), le grand yogui du Tibet par Nicolle Vassel
Né à Goungthang dans le Tibet occidental, Milarepa a connu un parcours exceptionnel – fils d’une famille paysanne, sa famille a dû affronter des difficultés insurmontables suite au décès de son père Mila Sherap Gyaltsen. C’est justement pour vaincre ses difficultés et se venger de ses ennemis qu’il a apprit la magie noire, mais réalise très vite la gravité de son choix. Il part au sud à Lhodrag rencontrer Marpa (1012-1096), maître implacable de la tradition tantrique, rencontre décisive pour lui. Mais quels programmes ! Au prix d’immenses sacrifices et d’une conduite irréprochable, Milarepa entame son chemin de purification si bien qu’il atteint l’état de bouddhéité en l’espace d’une seule vie. Source d’inspiration et exemple même de cheminement spirituel pour les bouddhistes, la vie et les cent mille chants de Milarepa sont célèbres dans tout le Tibet et les Himalayas. Alors que sort le premier film sur ce saint tibétain (www.milarepafilm.com), le festival rend hommage à cette figure emblématique du Tibet qui incarne à lui seul, le poète, l’ascète et le maître spirituel.
14 h 55 Podium : le groupe artistique de la Communauté tibétaine de Belgique.
15 h 40 Forum : introduction à l’écriture tibétaine démonstration de calligraphie par Lungtok Choktsang avec des explications.
16 h 10 Podium : dogues du Tibet
Présentation de la race de chiens des nomades tibétains appelée « drog khyi », par Josette Pilat.
16 h 40 Podium : danses et chants du Tibet par Lobsang Bondope Tsang
17 h 10 Podium : Chants de Milarepa (1040-1128), le grand yogui du Tibet par Nicolle Vassel
Extraits des chants de Milarepa inspirés de l’ouvrage Cent mille chants. Compilé par le yogui Tsang Nyon Hérouka au 15e siècle, Cent mille chants a été traduit tôt en mongole et en chinois, et dès 1960 en anglais et c’est finalement en 1990 que Marie-José Lamothe a traduit en français l’intégralité de cet ouvrage littéraire et spirituel majeur de l’Asie.
Tout au long de la journée:
– Stands d’exposants : boutiques, associations, centres bouddhiques, restauration en continu, etc..
– Contes présentés par Sophie de Meyrac
– Construction d’un mandala de sables colorés et atelier de confection des motifs tibétains
– Atelier de calligraphie tibétaine
– Des films seront projetés en boucle dans la Pagode du Bois de Vincennes Le samedi 23 septembre 2006 à 20h30 concert pour la Paix dans le Monde

Dimanche 24 septembre 2006 (de 11 h à 19 h)
11 h 00 Ouverture du Festival
11 h 30 Forum : Présentation de la Médecine tibétaine.
L’une des traditions majeures de la médecine dite holistique, la médecine tibétaine s’inspire principalement de la tradition ayurvédique de l’Inde. L’apport du bouddhisme y est important mais les conditions géographiques, climatiques et botaniques propres au Tibet ainsi que la pratique religieuse pré-bouddhique ont enrichi la science, les techniques et les pharmacopées de cette médecine. Au Tibet même, avant l’invasion chinoise, la tradition médicale s’est perpétuée au Collège médical de Tchagpori et à l’Ecole de Mentseekhang sans oublier un certain nombre de facultés rattachées aux monastères et dans certains cas, au sein des familles suivant la transmission dite de la lignée héréditaire. Aujourd’hui, le Tibetan Medical and Astro Institute à Dharamsala en Inde en est devenu le principal centre. Pratiquée dans tous les aires de culture tibétaine – Mongolie, Bouriatie, Bouthan, et les régions himalayennes, la qualité et les contributions de la médecine tibétaine trouvent peu à peu un écho favorable en Occident.
13 h 00 Podium : Chants de Milarepa (1040-1128), le grand yogui du Tibet par Nicolle Vassel
Extraits des chants de Milarepa inspirés de l’ouvrage Cent mille chants. Compilé par le yogui Tsang Nyon Hérouka au 15e siècle, Cent mille chants a été traduit tôt en mongole et en chinois, et dès 1960 en anglais et c’est finalement en 1990, Marie-José Lamothe a traduit en français l’intégralité de cet ouvrage littéraire et spirituel majeur de l’Asie.
13 h 25 Dogues du Tibet
Démonstrations de la race de chiens de nomades tibétains appelée « drog khyi », présentée par Josette Pilat.
13 h 30 Podium : danses monastiques (1ère partie)
Danses des Cerfs par les moines du centre bouddhique de Vajradhara Ling. Le cerf est le messager de Mahakala dont il accomplit les activités. Il s’agit d’une danse plutôt acrobatique comme vous pourrez le découvrir.
14 h 00 Forum : démonstration de calligraphie tibétaine par Lungtok Choktsang avec explication. Lungtok Choktsang est calligraphe tibétain formé dans un monastère de la région de l’Amdo au Tibet. Il a notamment publié un manuel de la calligraphie tibétaine, qui démontre bien son grand talent de calligraphe.
15 h 00 Podium : danses monastiques (2è partie)
Danses du Chapeau Noir par les moines du centre bouddhique de Vajradhara Ling.
15 h 25 Podium : récitation de la vie de Milarepa (1040-1128), le grand yogui du Tibet par Nicolle Vassel
Né à Goungthang dans le Tibet occidental, Milarepa a connu un parcours exceptionnel – fils d’une famille paysanne, sa famille a dû affronter des difficultés insurmontables suite au décès de son père Mila Sherap Gyaltsen. C’est justement pour vaincre ses difficultés et se venger de ses ennemis qu’il a apprit la magie noire, mais réalise très vite la gravité de son choix. Il part au sud à Lhodrag rencontrer Marpa (1012-1096), maître implacable de la tradition tantrique, rencontre décisive pour lui. Mais quels programmes ! Au prix d’immenses sacrifices et d’une conduite irréprochable, Milarepa entame son chemin de purification si bien qu’il atteint l’état de bouddhéité en l’espace d’une seule vie. Source d’inspiration et exemple même de cheminement spirituel pour les bouddhistes, la vie et les cent mille chants de Milarepa sont célèbres dans tout le Tibet et les Himalayas. Alors que sort le premier film sur ce saint tibétain (www.milarepafilm.com), le festival rend hommage à cette figure emblématique du Tibet qui incarne à lui seul, le poète, l’ascète et le maître spirituel.
15 h 50 Podium : Danses et chants par le groupe artistique de la Communauté tibétaine en France.
Le groupe artistique de la Communauté tibétaine en France sera au rendez-vous pour nous présenter plusieurs danses, chants et musique du Tibet. Ce groupe bénéficie des formations sous la conduite de M. Lobsang Bondopetsang. 17 h 20 Dogues du Tibet
Démonstrations de la race de chiens de nomades tibétains appelée « drog khyi », présentée par Josette Pilat.
17 h 40 Podium : Chants de Milarepa (1040-1128), le grand yogui du Tibet par Nicolle Vassel
Extraits des chants de Milarepa inspirés de l’ouvrage Cent mille chants. Compilé par le yogui Tsang Nyon Hérouka au 15e siècle, Cent mille chants a été traduit tôt en mongole et en chinois, et dès 1960 en anglais et c’est finalement en 1990, Marie-José Lamothe a traduit en français l’intégralité de cet ouvrage littéraire et spirituel majeur de l’Asie.
18 h 30 Cérémonie du démantèlement du Mandala achevé
Comme le veut la tradition bouddhiste tibétaine, le Vénérable Guéshé Thupten Tenpa offrira le rituel qui consacre le Mandala avant d’en disperser les sables colorés dans l’eau, pour le bien de tous les êtres et la paix dans le monde. Tout au long des deux journées: Stands d’exposants : boutiques, associations, centres bouddhiques, restauration en continu, etc..
Contes présentés par Sophie de Meyrac : contes humoristiques, philosophiques et de sagesse du Tibet et de l’Inde, notamment ceux inspirés du roi Guéssar de Ling et des histoires merveilleuses de yoguis-magiciens. Guéssar de Ling est l’épopée la plus longue du monde avec plus de 60 volumes racontant les épisodes de la vie de ce personnage exceptionnel. Ce grand récit épique fondateur du Tibet exalte les vertus de bonté et de courage. La beauté des couleurs et des images stimule l’imaginaire en plein cœur du bouddhisme, et sa poésie est sans égale. De même que le récit des grands saints et yoguis du Tibet, tels que Drukpa Kunley, Goetsangpa, Patrul Rinpotché, le 15e Karmapa Khakhyab Dorjé, Dombi Yoguini, Jomo Mainmo, et de l’Inde antique, Tchandrakirti, Nagarjouna, Saraha, mais également le récit des vies antérieures du Bouddha Shakyamouni appelées Jataka….Des contes incroyables parfois même terribles qui restent inoubliables.
Construction d’un mandala de sables colorés et atelier de confection des motifs tibétains dirigés par le Vénérable Guéshé Thupten Tenpa du monastaire de Drépoung Losseling. Rattaché à la maison de Tréhor Khangtsen du monastère reconstitué en Inde du Sud, Guéshé Thupten Tenpa a obtenu le degré de docteur ès philosophie bouddhique après 9 ans d’études traditionnelles.
Atelier de calligraphie tibétaine : l’écriture tibétaine est développée au VIIè siècle par Thonmi Sambhota sur la base de l’écriture Brahmi du nord de l’Inde, ancêtre de l’écriture Devanagari utilisée de nos jours.L’écriture tibétaine, qui comprend plusieurs styles, à commencer par le classique “outchène” à la cursive “khyoug yig”, s’est fortement répandue et est pratiquée jusqu’à nos jours dans tous les pays et régions de l’aire culturelle tibétaine. Principalement destiné aux enfants et aux jeunes, cet atelier sera animé par Lungtok Choktsang.

Les films suivants seront projetés en boucle dans la Pagode du Bois de Vincennes : – Nechung, Oracle d’Etat (2006) par Michel Gardey. Film inédit et intime sur la vie de Nechung Kuten, Oracle du Tibet.
– Enfant volé (2006) par Ludovic Segarra, film documentaire inédit sur les enjeux et les circonstances du décès du 10e Panchen Lama en 1989, et la reconnaissance de son successeur en 1995.
– Sur les traces d’Alexandra David-Neel (2005), en présence et intervention de la réalisatrice du film, Priscilla Telmon
– Angry Monk ( 2005) par Luc Schaedler retrace la vie de Gendhun Choephel, l’intellectuel tibétain du 20è siècle. (sous réserve : présence du réalisateur du film Luc Schaedler).
– Sosso Lhagyal lo, le film sur le rituel d’exorcisme dans un village du Mustang, frontière Tibéto-népalaise, tourné par Vera Frossard et Charles Ramble en présence de la réalisatrice Vera Frossard.

Infos pratiques

Forfait d’entrée par jour : 3 € à régler sur place

Lieu du Festival
Pagode du Bois de Vincennes
40 route circulaire du Lac Daumesnil
75012 Paris
Métro : Porte Dorée, Liberté
Bus : PC
L’itinéraire sera fléché depuis les stations de métro jusqu’au lieu du Festival.

Pour toute information complémentaire, vous pouvez consulter le site consacré à l’évènement:
Festival Culturel du Tibet & des Peuples de l’Himalaya