Exposition Vladimir Jankélévitch, figures du philosophe à la BNF du 15 janvier au 3 mars 2019

Le philosophe, musicologue, résistant et professeur à la Sorbonne (tout près de l’Hôtel Design Sorbonne donc) est le sujet d’une nouvelle exposition à la BNF, à quelques minutes de nos hôtels.

Exposition Vladimir Jankélévitch, figures du philosophe à la BNF du 15 janvier au 3 mars 2019
Avec l’aimable autorisation de Sophie Jankélévitch-Samonà

Vladimir Jankélévitch (1903-1985) est l’une des plus grandes figures de la philosophie française, un de rares philosophes dont les écrits ont dépassé les cercles de spécialistes et touché le grand public.

Afin de comprendre l’homme et sa pensé, l’exposition propose 120 pièces, non seulement des extraits audio et vidéo, mais aussi des affiches, manuscrits, photographies et lettres. Ces éléments font partie d’un don à la BNF de la part de la famille du philosophe en 1997.

Exposition Vladimir Jankélévitch, figures du philosophe à la BNF du 15 janvier au 3 mars 2019
© Sophie Bassouls

L’exposition Jankélévitch est divisée en cinq parties pour mettre en lumière :

— Ses origines familiales et les années de formation

— La période de la Seconde Guerre mondiale

— Son activité d’enseignant et sa défense de l’enseignement de la philosophie

— La place de la musique dans sa pensée

— Une présentation de ses grands manuscrits

Autour de l’exposition il y a une lecture de textes de Vladimir Jankélévitch par Clément Hervieu-Léger de la Comédie-Française (sur le site Richelieu de la BNF) le samedi 19 janvier de 20h à 21h, dans le cadre de la nuit de la lecture (entrée gratuite), et vous pouvez aussi écouter une émission spéciale de France Culture “Vladimir Jankélévitch, le meilleur est à venir ?” ci-dessous.

L’exposition Vladimir Jankélévitch, figures du philosophe est à la BNF (ici) du 15 janvier au 3 mars 2019

Ouvert du mardi au samedi de 10h à 19h et le dimanche de 13h à 19h

Gratuit !

Site web / Facebook / Twitter / Instagram

View this post on Instagram

La Lune : [carte à jouer, dessin] Date d'édition : 1475-1500. Le « Tarot dit de Charles VI », dont dix-sept cartes sur soixante-dix-huit sont conservées à la BnF, est l’un des rares témoignages des luxueux jeux princiers de la Renaissance italienne dont une vingtaine d’exemples subsistent. Son titre est en partie inexact, Charles VI (1368-1422) n’étant pas le destinataire de ces cartes, exécutées en Italie du Nord, postérieurement au règne de ce roi de France. Le jeu de tarots est cité pour la première fois, semble-t-il, à Ferrare, en 1442, sous l’expression carte da trionfi ou triumphorum ludus (triomphes). Vers 1500, le terme tarocchi apparaît dans un livre de comptes de la cour de Ferrare. La transcription française "tarot" se rencontre dans un document daté 1505. C’est de Milan que le tarot se propagea en France, en Suisse, puis de là en Allemagne et dans le reste de l’Europe. Il se répandit sous la forme d’un ensemble de soixante-dix-huit cartes : vingt-deux atouts ou triomphes et cinquante-six cartes du jeu à quatre couleurs (roi, dame, cavalier, valet, cartes numérales de l’as au dix) aux enseignes latines figurant des symboles (épée, bâton, coupe, denier). Si celles-ci proviennent d’Orient, du monde musulman, les atouts sont une création essentiellement européenne. Pour en savoir plus : http://expositions.bnf.fr/renais/arret/3/index.htm #illustrations #jeuxdecartes #tarot #cartesàjouer #dessin #histoire

A post shared by Bibliothèque nationale France (@labnf) on