Exposition Yan Pei-Ming, Un enterrement à Shanghai au Musée d’Orsay jusqu’au 12 janvier 2020

Le peintre Yan Pei-Ming rend hommage à Courbet au Musée d’Orsay, tout près de nos hôtels, avec un triptyque monumental Un enterrement à Shangai, inspiré par le tableau Un enterrement à Ornans.

Yan Pei-Ming est arrivé en France en 1980 à l’âge de 20 ans, et une des première choses qu’il a faite est d’aller à Ornans, la ville natale du peintre Gustave Courbet.

Presque 40 ans plus tard, devenu peintre célèbre, Yan présente son hommage au maître avec un triptyque dont la toile principale fait exactement la même taille que celle de Courbet (3,15 x 6,68 mètres), déplaçant la scène à Shanghai où la mère de Yan est enterrée.

Exposition de Yan Pei-Ming, Un enterrement à Shanghai au Musée d'Orsay jusqu'au 12 janvier 2020
© RMN – Grand Palais – Hervé Lewandowski

Deux autres grandes toiles face à face complètent l’œuvre – un paysage bouddhiste idéalisé avec beaucoup d’animaux, et un portrait de sa mère en image de propagande.

Organisée avec le soutien des American Friends of the Musée d’Orsay (AFMO) pour le 200ème anniversaire de Courbet, ces trois toiles sont placées seules dans une galerie qui leur donne un cadre épuré et calme.

Et si vous voulez apprendre davantage sur la création de l’œuvre, une visite guidée d’une heure est disponible tous les jeudis d’octobre et novembre à 14h30.

Exposition de Yan Pei-Ming, Un enterrement à Shanghai au Musée d'Orsay jusqu'au 12 janvier 2020
Yan Pei-Ming. Photo : Marie Clérin

L’œuvre de Yan Pei-Ming Un enterrement à Shanghai est au Musée d’Orsay (ici) jusqu’au 12 janvier 2020

Ouvert tous les jours sauf le lundi de 9h30 à 18h (21h45 le jeudi)

Entrée : 14€ / 11€

Site web / Facebook / Twitter / Instagram

View this post on Instagram

Du 1er octobre au 12 janvier, le peintre Yan Pei-Ming expose un triptyque monumental au musée d'Orsay : "Un enterrement à Shangai", inspiré par "Un enterrement à Ornans" de Gustave Courbet. La toile principale de ce projet, qui fait exactement la même taille que celle de Courbet (3,15 x 6,68 mètres), déplace le cadre à la fois géographiquement localisé et intime de l'oeuvre pour lui donner une autre signification. La scène se déroule non plus à Ornans, mais à Shanghai, lieu de l'enterrement de la mère de l'artiste ici figuré. Deux autres toiles font partie de l'oeuvre, et associent histoire intime de l'artiste et monumentalité du pouvoir politique par un portrait de sa mère défunte, femme ordinaire, en image de propagande ; et du spirituel, avec un paysage bouddhiste idéalisé, qui vient redéfinir le genre du paysage qu'avait déterminé Gustave Courbet. . From October 1 to January 12, the painter Yan Pei-Ming exhibits a monumental triptych at the Musée d'Orsay: "A Burial in Shangai" inspired by Gustave Courbet's "A burial at Ornans". The main canvas, painted to the exact scale of Courbet's one (3.15 x 6.68 meters) , shifts the geographically localised and personal frame the work and replaces it with another meaning. Rather than in Ornans, the scene takes place in Shanghai, where the artist’s mother, depicted here, was buried. The work also consists of two other canvases that connect the artist’s personal story and the monumentality of political power through a portrait of his deceased mother, an ordinary woman, as a propaganda image; and the spiritual, through an idealised Buddhist landscape which redefines the landscape portrayed by Gustave Courbet. . With the support of @aforsay . 🎨 Yan Pei-Ming, "Un enterrement à Shangai" (2019) 📷 © Musée d'Orsay / Sophie Boegly / ADAGP, 2019 . 🎨 Gustave Courbet, "Un enterrement à Ornans, dit aussi Tableau de figures humaines, historique d'un enterrement à Ornans" (1849-1850) 📷 © RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski . #museedorsay #museeorsay #orsaymuseum #artmuseum #artgallery #fineart #beauxarts #artexhibition #art #museum #Paris #peinture #yanpeiming #contemporaryart #exhibition

A post shared by Musée d'Orsay (@museeorsay) on