Exposition Teo Hernández à la Villa Vassilieff jusqu’au 27 avril 2019

La Villa Vassilieff – Pernod Ricard Fellowship, dans un joli lieu tout près de nos hôtels, présente une nouvelle exposition de Teo Hernández : Éclater les apparences en collaboration avec le Centre Pompidou et l’Institut Culturel Mexicain de Paris, montrant une sélection de films du cinéaste mexicain, rarement présentés au public.

Exposition Teo Hernández à la Villa Vassilieff jusqu'au 27 avril 2019
Teo Hernández, Photographie prise pendant le tournage de Graal (1980), Fonds Teo Hernández, Centre Pompidou/MNAM/CCI – Bibliothèque Kandinsky

Hernández, mort du Sida en 1992, était en exil ‘auto-imposé’ en France depuis la fin des années 1960, où il a évolué dans la communauté homosexuelle et celle de la contre-culture, créant du cinéma expérimental, surtout en Super-8 et 16mm.

Dans ses films à la narration déstabilisée, il interrogeait non seulement son identité individuelle et artistique mais aussi la fonction même du cinéma. Il a aussi été intéressé par le corps en mouvement, travaillant de nombreuses fois avec une troupe de danse, prenait des photos, écrivait des poèmes…

Exposition Teo Hernández à la Villa Vassilieff jusqu'au 27 avril 2019
Michel Nedjar, Portrait de Teo Hernández devant le magasin où il travaillait au Marché Malik, Fonds Teo Hernández, Centre Pompidou/MNAM/CCI – Bibliothèque Kandinsky

L’exposition est le résultat de plusieurs années de travail et de recherche de la part d’Andrea Ancira, le commissaire de l’événement et première résidente de la Villa Vasselieff en 2016.

Elle a épluché quelques 160 films, les divisant en trois thèmes principaux :

— Le Je autobiographique,

— Vertige des corps, et

— Villes intimes

Après la fermeture de l’exposition, le Centre Pompidou prendra le relais avec une présentation de plusieurs films ‘graphiques’ de Teo Hernández dans le parcours des collections permanentes entre mars et septembre 2019.

Et l’Institut culturel mexicain de Paris ouvrira son exposition Teo Hernández. Fragments dispersés de mémoire et de rêve le 4 avril (jusqu’au au 31 mai 2019) avec d’autres films et archives personnelles de l’artiste, notamment deux films tardifs consacrés aux voyages au Mexique que Hernández a tourné peu de temps avant sa mort, en 1989 et 1990.

Exposition Teo Hernández à la Villa Vassilieff jusqu'au 27 avril 2019
Métrobarbèsrochechou art, Flyer de la projection de 4 à 4 Métrobarbèsrochechouart au cinéma M.B.X.A, Paris, 1983

L’exposition Teo Hernández : Éclater les apparences est à la Villa Vassilieff (ici) jusqu’au 27 avril 2019

Ouvert du mardi au samedi de 11h à 19h

Gratuit !

Site web / Facebook / Twitter / Instagram